28 mai 2007

Le déterminisme c'est mal; la liberté, c'est embarrassant.

Bon. Les gars, faut me coacher. C'est décidé, je change d'orientation. La philo en fac, ça me va pas. Maman, encore une fois, avait raison. J'aurais dû l'écouter quand elle m'a prévenue que c'était une erreur et que "dehors il fait froid, mets ton manteau" (manteau qui a souffert d'une combustion spontanée, d'ailleurs, pauvre chose). Mais j'ai voulu en faire qu'à ma tête,comme toujours. Maintenant, je trouve Kant encors plus chiant qu'avant, j'aurais pu m'épargner ça. Mais il y a un autre problème et ce problème il est aussi angoissant que les exos de logique: la réorientation.

Oui, j'ai jugé bon et de mettre le mot en gras en italique et de le souligner. C'est qu'à 18 ans votre chère blogueuse d'amour est une fille perdue, paumée comme une prostituée qui découvre dans la Bible que même Jésus ne l'aidera pas à crédibiliser son taf à travers un syndicat (La comparaison est délicate mais y a Delerm à la télé et j'ai raté Cocorosie sur France 4, je suis si triste). Coup dur.

Alors, comme ça me va bien et que j'ai que ça à faire, je me fais des films sur mes potentiels choix de réorientations.

J'aimerais vraiment devenir pick-pocket. Mais la formation n'est pas reconnue par l'Etat. Et maintenant, vaut mieux être reconnu par l'Etat, sinon, pan! pan! le lapin! (comme dans Bambi, oui, mais je trouve ça suicidaire pour un nom de lapin) Mais être une femme pick-pocket, c'est un peu la classe quand même. Genre, faire la fille fraîche, inoffensive e charmante mais en fait tu fais trop ta tepu et tu voles la festina à ce mec de l'école de commerce!!!

Mais moi, j'aime pas les festina et c'est trop cliché de voler des montres, non en plus t'en fais quoi après? Lire l'heure? tu vas sur la place de la mairie, t'attends que l'eglise elle sonne et c'est bon. Et puis t'as qu'à regarder ton portable espèce de malin. Ok tu peux revendre la montre mais mon pote Tony, il  a pas besoin de voler pour vendre des trucs de marque: il est marseillais d'origine corse. Moi  suis simplment arlésienne d'origine bretonne, lorraine, italienne, et pied noir mais ça c'est pas vraiment une origine, hein.

Il y a les écoles de stylisme qui m'attirent mais c'est cher. Genre une somme en euro et tout. Ils sont fous.

J'aimerais travailler dans le milieu des scènes musicales et arty mais comment je fais? Par où je commence?

Je compte sur la Providence, la chance, le destin, des amis riches et talentueux. Voilà, encore une fois je reste passive et angoissée . Mais là, je derais vraiment pas. Je sais pas quoi faire. Je sais pas comment m'occuper.

Mike Brant*, vous qui êtes aux cieux, aidez moi, guidez moi vers la lumière salvatrice, faites moi rencontrer Karl Lagerfeld.

*On a les cultes qu'on veut.

Posté par PirateJenny à 22:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Le déterminisme c'est mal; la liberté, c'est embarrassant.

Nouveau commentaire